Communiqué de presse – Réaction d’Alain Gargani suite à la conférence de presse du Président de la République Emmanuel Macron

Comme beaucoup de nos concitoyens, j’ai écouté avec attention la conférence de presse du Président de la République mardi soir.

Si de nombreux sujets on été abordés, je retiens, en tant que chef d’entreprise et représentant des TPE PME de notre territoire, que sur le plan économique, les revendications de la CPME ont été plus qu’entendues.

En effet, la CPME a remis lundi dernier, 80 propositions au nouveau chef du gouvernement Gabriel Attal, pour mettre fin à la complexité administrative. Je me félicite que le chef de l’Etat ait mesuré l’urgence de « simplifier de façon drastique la vie des entrepreneurs » et ait repris certaines mesures proposées par la Confédération pour simplifier la vie des entreprises et des salariés. Les entreprises sont étouffées sous l’inflation normative. La CPME s’est déjà exprimée sur le sujet. Elle déplore qu’au cours des dix dernières années, les pouvoirs publics aient empilé 567 lois, comptant un total de 17 843 articles, 665 ordonnances, soit 12 442 articles, et 7 451 décrets ! Il est grand temps de mettre un terme aux complications qui entravent les entreprises en France et de laisser place à une approche pragmatique, pour tendre, comme le souhaite le président, vers une France guidée par le bon sens.

Emmanuel Macron demande à son gouvernement de se pencher dans les prochains jours sur une loi qui visera à accélérer la création d’emplois et d’entreprises en remettant en question les normes administratives et réglementaires, véritables obstacles au développement économique. C’est une bonne nouvelle !

Concernant les autres points abordés sur le volet social et économique, le président souhaite des mesures permettant de mieux gagner sa vie par le travail. C’est naturellement une bonne idée. Je pense qu’il faudrait pour cela commencer par baisser les charges sur les salaires et supprimer les charges patronales sur les heures supplémentaires.

Le chef de l’Etat annonce également vouloir remplacer le congé parental par le congé de naissance qui sera mieux rémunéré. Reste à savoir qui va payer ? Est-ce la CPAM ? Les entreprises ne peuvent pas être mises à contribution. Nous attendons donc un éclairage sur ce point.

Enfin, en ce qui concerne les salaires, le président ne semble pas vouloir imposer de nouvelles obligations aux entreprises. Il souhaite toutefois encourager les secteurs où des problèmes de rémunération persistent à accélérer les négociations. L’objectif principal étant de donner plus de vigueur au dialogue social au sein des entreprises. Une démarche salutaire en soi.

Autres actualités

Restez connectés

Menu

Dernier post

La CPME Sud alerte sur les défis du secteur du bâtiment : appel à une action concertée pour surmonter la crise du logement et le manque de main-d’œuvre

29 février 2024
« Manque de main-d’œuvre et crise du logement, c’est le serpent qui se mord la queue ! » Alain Gargani pour La Provence, 27 février 2024 Dans un...
Lire la suite

Suivez-nous